Lampe à pétrole Abeille

Dernière nouveauté sur le Brocanteur du dimanche, une lampe à pétrole Abeille.

De la lampe à pétrole à la lampe à essence

Alors que la lampe à pétrole est apparue en 1853 remplaçant les lampes à huile, c’est en 1957 en France que la lampe à essence commence à faire parler d’elle. En effet, ces deux types de lampe sont très souvent confondues dans la culture populaire mais fonctionnent avec deux combustibles différents : le pétrole et l’essence minérale. 

C’est en 1884 que la lampe à essence commence véritablement à se développer. C’est à cette période que Charles Pigeon dépose son brevet de lampe à essence minérale de sécurité. Une révolution pour ce type de lampe car ses caractéristiques la rendent inexplosible. En outre, son esthétique lui permet d’être sensiblement appréciée du grand public.  L’année suivante, une lampe standard est imaginée pour permettre des utilisations dans la vie de tous les jours comme lampe d’intérieur, lampe d’atelier, lampe de poche etc.

Enfin en 1987, la lampe à essence Pigeon se décline en cuivre fondu. Plus cher mais plus résistante elle est fabriquée grâce aux chutes de laiton des lampes standard. La lampe  à essence Pigeon deviendra la plus connue des lampes portatives. Une reconnaissance qui lui vaudra d’être copiée à plusieurs reprises par différents concurrents lorsque son brevet tombe dans le domaine public en 1920.

La lampe à pétrole Abeille – ou plutôt la lampe à essence – que nous vous présentons aujourd’hui fait partie de ces reproductions et fonctionne exactement sur le même principe tout en empruntant l’esthétique de l’originale.

Le fonctionnement de la lampe essence

La lampe à essence Pigeon, et ses reproductions fonctionnent toute sur le même principe :

  • Un corps cylindrique rempli de rondelles feutre permettant de retenir correctement l’essence). Son fond, plus large, est à double paroi ce qui assure une certaine sécurité. C’est sur cette partie que la marque a incrusté sa marque de fabrique.  
  • Le dessus de la lampe reçoit le bec, élément principale de l’objet. C’est lui qui reçoit la mèche, qui est perpétuellement en contact avec le feutre imbibé à sa base. Ensuite l’essence monte le long de la mèche grâce au principe de capillarité. La molette présente sur le côté permet de régler la hauteur de la mèche. Cela va jouer sur la puissance de la lumière.
  • Enfin, soutenue grâce à une galerie, la verrine (la partie en verre) vient entourer la mèche pour protéger la flamme.

Moins efficace en terme de luminosité que sa cousine la lampe à pétrole, du fait de son faible coût, la lampe à essence Pigeon sera commercialisée jusqu’en 1960.

Ici, c’est la même configuration que nous retrouvons sur notre lampe à essence Abeille.